“Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA}
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

“Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur

Message
Sujet: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Ven 20 Jan - 19:02

Enfin installées dans leur nouvel appartement, où Rhiannon était désormais en colocation avec Béatrice, cette première avait vite retrouvé ses marques dans ce nouveau chez soi. Ce n'était pas comme la petite maison de ses parents ni comme la maison des Êta, mais c'était tellement appréciable que la jeune Prescott ne pouvait clairement pas s'en plaindre. Au moins, elle avait un endroit où poser l'ancre le temps qu'elle puisse gérer sa vie un peu mieux. Ca la changeait de toutes ces journées d'angoisses à s'inquiéter de savoir si elle pourrait payer son loyer et un jour prétendre rembourser ses études. Maintenant, elle pouvait se permettre d'économiser et de se faire des budgets pour différentes choses, ce qui la changeait grandement.
Assises toutes les deux sur leur canapé, face à face, puisque chacune à une extrémité, Rhiannon avait eu la bonne idée, par la fraîcheur environnante, de faire du thé. Elle adorait ça et c'était tellement bien quand on était à la maison pour bien prendre le temps de ne rien faire du tout. Leur télé était éteinte et on entendait légèrement la radio du voisin d'en face, pas désagréable mais pour le coup suffisamment forte pour être perceptible. Les filles avaient commencé à discuter d'un peu de tout et se racontaient les derniers potins. Le dernier en date, chez les Prescott, concernait Timothy, qui avait failli se faire prendre la main dans le sac à faire de la musique pour ses devoirs alors que ses parents ne savaient en rien la véritable orientation universitaire de leur fils. Savannah et Rhiannon étaient généralement des alliés particulièrement utiles, surtout Savannah qui était le meilleur alibi de la famille, peu importe pour qui d'ailleurs, mais cette fois-ci, personne n'avait réussi à lui sauver la mise. Heureusement que Tim était un garçon particulièrement intelligent. Rhiannon eût un petit rire en évoquant la tête de son cousin. « Il était tellement pâle si tu savais! Heureusement que mes parents étaient dans le coin et qu'ils ont réussi à le défendre, par je ne sais quel miracle! » Car après tout, si Rhiannon était, par le choix de son père, la petite fille déshéritée de son grand père il n'empêchait pas que parce que ses oncles et tantes étaient tous en Floride, à Miami, qu'elle les voit, au contraire! « C'est quand même dommage que son père soit aussi borné que son grand père, ça serait tellement mieux s'il n'avait pas à mentir! » Rhiannon adorait sa famille et elle espérait le meilleur pour elle, et elle n'aimait pas que tout le monde réagisse comme son grand père. En fait, lui, elle était même bien contente de ne pas le connaître.


Everybody lies

Who else would be calling me at 3 am, just to tell me you're still there the sky's still falling. I don't know why you stand under the cloud expecting a ray of light.
avatar
E. Rhiannon Prescott
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 765
INSCRIPTION : 23/12/2014
ANNIVERSAIRE : 24/09/1993
CELEBRITE : Jennifer Lawrence

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Lun 23 Jan - 19:41

Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours
Rhiannon & Béatrice
Who do you love ?

Béatrice était bien. Tellement bien. C’était beaucoup plus facile pour elle de vivre maintenant qu’elle avait son endroit à elle, avec une colocataire qu’elle adorait. C’était plus facile de prendre des moments pour se reposer, pour prendre soin d’elle-même. Elle avait eu le temps de commencer à profiter de sa grossesse même si elle avait continué d’aller à l’école puisqu’elle n’avait plus personne de nocif pour elle. Elle n’avait plus à gérer ses parents qui faisaient tout pour la convaincre que ce n’était pas une bonne chose pour elle d’être maman à un si jeune âge. Elle n’avait qu’à gérer ses sautes d’humeur dût aux hormones, à ses angoisses d’être maman alors qu’elle n’avait pas l’impression qu’elle saurait comment faire et au fait qu’elle avait des envies de pipi trop souvent puisque son bébé était appuyé sur sa vessie. Mais cette après-midi-là, elle n’avait rien à penser. Elle était en position semi-assise sur le divan avec sa tasse de thé appuyée sur son gros ventre de femme enceinte de 34 semaines et elle écoutait les potins que Rhiannon lui ramenait.  « Il était tellement pâle si tu savais! Heureusement que mes parents étaient dans le coin et qu'ils ont réussi à le défendre, par je ne sais quel miracle! » Béatrice eût un petit rire. Elle aurait quand même aimée être là pour pouvoir connaître ce que les parents de Rhiannon avait inventé comme excuse pour que le secret de son cousin soit encore sain et sauf. « Il a dût avoir bien chaud ! » Elle prit une gorgée de son thé. Elle n’était pas vraiment une grande fan avant sa grossesse, mais elle avait décidé de diminuer sa consommation de café. Elle avait donc apprit à apprécier le thé pour pouvoir avoir quelque chose de chaud à se mettre dans l’estomac lorsqu’il faisait froid. « C'est quand même dommage que son père soit aussi borné que son grand père, ça serait tellement mieux s'il n'avait pas à mentir! » Elle eût un petit sourire désolé. Elle connaissait bien ça les parents bornés… Elle avait été quand même très chanceuse de pouvoir s’en sortir. « Si la troisième chambre de l’appartement ne serait pas réservé pour le bébé, je te dirais bien de l’inviter à venir habiter avec nous, comme ça il n’aurait plus à se cacher, mais on ne peut pas faire dormir ni Timothy ni le bébé dans le salon. » Béatrice et son grand cœur… Si elle aurait pu, elle aurait sauvé tout le monde… Mais elle n’en avait pas les moyens et ça la désolait beaucoup… Puis, elle eût soudain un petit flash. Elle changeait vite de sujet, mais elle avait une question à poser à son amie. « Désolé, je change de sujet, mais… Il devient quoi de Lewis ? Me semble que ça fait un bout que je ne l’ai pas croisé ici, pourtant tu étais toujours fourré partout avec lui. »
Made by Neon Demon
avatar
A. Béatrice Lambert
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 1081
INSCRIPTION : 26/12/2014
ANNIVERSAIRE : 25/07/1995
CELEBRITE : Alexis ren

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Lun 30 Jan - 23:06

Rhiannon n'était pas le genre à avoir des potins à sortir à tout bout de champ, mais il fallait convenir d'une chose : au sein de la famille Prescott, il y avait toujours quelque chose à raconter, que ce soit une anecodte ancienne ou quelque chose de tout récent. Alors clairement, elle n'était pas la reine du déballage d'histoires en tout genre et sa façon de raconter n'était clairement pas au point. Mais elle avait eu besoin de parler de ce qui était arrivé à Timothy, elle avait tellement l'habitude de le soutenir que la situation l'avait suffisamment chamboulée pour qu'elle en parle. Béa eut un rire qu'elle suivit automatiquement, sous le coup de la nervosité certainement. Rhiannon hocha la tête. C'était sûr que son cousin avait eu un coup de chaud à cet instant précis et bien heureux qu'il était que ses parents soient arrivés à temps pour lui sauver la mise. « Effectivement... je n'aimerais pas être à sa place, tu sais, je suis bien contente d'avoir des parents comme les miens. » Car même si ça impliquait qu'elle était la petite fille lésée par son grand père, elle n'en avait rien à faire. Même si toute sa vie elle avait trimé pour ses études et pour aider ses parents, elle avait, grâce à ça, compris que l'argent ne faisait pas le bonheur. Il suffisait de voir ce qu'il en résultait avec, par exemple, Ruby, qui vouait une rébellion sans fin à ses parents. Même si Rhiannon estimait qu'ils ne l'avaient clairement pas volé. Elle adressa un sourire à sa colocataire. « Au pire il y a le canapé, tu sais très bien que le salon ça ne l'aurait pas dérangé. Puis en attendant il aurait pu prendre la chambre de bébé... sauf que bébé a déjà son lit et que Tim ne rentrerai pas dedans, même avec toute la volonté du monde! Mais tu sais que Tim n'aurait jamais voulu déranger. » Béatrice passa du coq à l'âne ce qui surprit Rhia, qui ne s'y attendait pas du tout. Elle fronça d'ailleurs les sourcils, preuve de son incompréhension. Sans savoir pourquoi la jeune femme était très gênée par cette question. « Il est toujours fiancé et il essaie de défaire ça, même si sa "promise", elle, n'est pas prête à lâcher le morceau. Et son père au milieu, tu sais qu'il ne me considère pas comme une bonne fréquentation parce que j'ai pas le compte en banque pour, alors on se voit de temps en temps, mais jamais bien longtemps. » Son meilleur ami lui manquait, mais elle n'avait plus l'occasion de le voir aussi souvent qu'avant, même s'ils avaient parfois des moments ensemble à l'université. C'était déjà ça même si, pour Rhiannon, c'était clairement loin d'être suffisant. « Pourquoi d'ailleurs? »


Everybody lies

Who else would be calling me at 3 am, just to tell me you're still there the sky's still falling. I don't know why you stand under the cloud expecting a ray of light.
avatar
E. Rhiannon Prescott
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 765
INSCRIPTION : 23/12/2014
ANNIVERSAIRE : 24/09/1993
CELEBRITE : Jennifer Lawrence

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Sam 18 Fév - 19:14

Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours
Rhiannon & Béatrice
Who do you love ?

Si un jour quelqu’un avait dit à Béatrice qu’elle serait une maman célibataire à très jeune âge, elle lui aurait ri en plein visage. Elle lui aurait dit qu’elle aimait beaucoup trop sa liberté pour ça, qu’elle avait beaucoup d’autre chose à vivre avant d’être maman. Elle lui aurait dit qu’elle commencerait sa vie de famille à une trentaine d’année avec un petit ami ou même un mari fidèle. Elle lui aurait dit qu’elle attendrait d’avoir une maison pour avoir un petit nid douillet et pour être complètement heureuse. Elle était loin d’imaginer qu’elle habiterait dans un appartement, quand même assez luxueux et avec celle qu’elle considère de plus en plus comme sa meilleure amie. Elle n’aurait jamais pu croire qu’elle allait attendre un enfant d’un tueur, d’un mec qui était en prison. Et elle n’aurait jamais pu croire qu’elle arrivait à être heureuse dans cette situation… Elle était là avec Rhiannon et elle profitait de la vie. Et ça lui faisait du bien. « Effectivement... je n'aimerais pas être à sa place, tu sais, je suis bien contente d'avoir des parents comme les miens. » Béatrice comprenait tellement ce que pouvait vivre Timothy. Elle avait le même genre de parent qui voulait la restreindre et qui voulait décider pour elle. Sauf qu’elle, elle assumait ses choix. Elle était même partie de la maison à plusieurs reprises pour aller en voyage avant de partir en appartement pour justement pouvoir vivre sa vie comme elle l’entendait et non pas avoir à vivre la vie que ses parents voulaient. Mais elle était consciente que ça pouvait ne pas être facile pour Timothy de le faire… « Au pire il y a le canapé, tu sais très bien que le salon ça ne l'aurait pas dérangé. Puis en attendant il aurait pu prendre la chambre de bébé... sauf que bébé a déjà son lit et que Tim ne rentrerai pas dedans, même avec toute la volonté du monde! Mais tu sais que Tim n'aurait jamais voulu déranger. » Béatrice haussa les épaules. Elle n’aurait pas été confortable de savoir qu’il dormait sur le sofa. Il avait beau être confortable, mais elle savait que ça aurait été que temporaire comme situation. Qu’est-ce qui se serait passé après ? Ses parents auraient probablement été trop fâché pour le reprendre avec eux et Timothy aurait probablement voulu avoir plus de calme après que le bébé soit né… Il aurait probablement été plus dans la merde qu’au début… « Il est toujours fiancé et il essaie de défaire ça, même si sa "promise", elle, n'est pas prête à lâcher le morceau. Et son père au milieu, tu sais qu'il ne me considère pas comme une bonne fréquentation parce que j'ai pas le compte en banque pour, alors on se voit de temps en temps, mais jamais bien longtemps. Pourquoi d’ailleurs ? » Elle haussa les épaules. Elle avait eût un flash. Mais en même temps, elle avait l’impression que Rhiannon avait un peu plus de sentiment que de l’amitié pour lui. Il suffisait de la voir aller quand ils étaient ensemble pour le savoir. Mais elle en n’était pas complètement certaine. « Je sais pas… Comme ça. Il me semblait juste que j’entendais moins parler de lui c’est dernier temps. Je voulais juste m’assurer que vous n’étiez pas en froid comme tu as l’air à beaucoup beaucoup beaucoup l’apprécier. » Elle mettait l’emphase sur le beaucoup pour qu’elle comprenne le sous-entendu. Elle mit soudainement une main sur son ventre. Sa fille lui avait donner un coup qui l’avait un peu surprise.
Made by Neon Demon
avatar
A. Béatrice Lambert
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 1081
INSCRIPTION : 26/12/2014
ANNIVERSAIRE : 25/07/1995
CELEBRITE : Alexis ren

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Ven 24 Fév - 10:43

Voir Béatrice heureuse dans sa grossesse, c'était un vrai cadeau du ciel pour Rhiannon. Elle se souvenait encore trop bien du temps où elle lui avait appris qu'elle était enceinte, son état, sa panique, et sa tristesse. Autant dire que voir son amie ainsi, désormais, c'était réellement un soulagement. Et puis elle pouvait carrément partager des moments comme celui-ci, avec celle qui était désormais ce qui se rapportait le plus à une meilleure amie, maintenant que Rose était partie au Brésil et qu'elle n'avait plus aucune nouvelles d'elle, constatation drôlement amère de ce fait, mais qui la faisait réaliser que même une amitié de longue date pouvait disparaître, et en même temps, elle pouvait continuer malgré le manque de nouvelles durant des années, la preuve avec Béatrice. Peut-être simplement que Rose n'avait jamais été faite pour être son amie. Aussi triste soit cette nouvelle.
La famille Prescott était vraiment particulière. Un don, pour la plupart des fils du vieux aîné et de leurs femmes, qu'ils tenaient de lui, ce papy démodé et complètement imbu de son fric. C'était un peu l'avis de Rhiannon, même si elle aurait adoré passer du temps avec son grand père qui ne la reniait pas mais qu'elle ne voyait jamais, faute de manque d'argent, lui qui avait déshérité et coupé les vivres à son fils, le père de la demoiselle.
Béatrice n'avait pas dit grand chose au sujet de Timothy et Rhiannon comprenait très bien pourquoi. En un sens, ils étaient dans un cas assez similaire et jamais au grand jamais elle n'aurait été à l'encontre de ses actes en disant qu'il avait mal fait ou peu importe à vrai dire. Le sujet passa donc comme une lettre à la poste et le sujet se bloqua sur Lewis. « Je sais pas… Comme ça. Il me semblait juste que j’entendais moins parler de lui c’est dernier temps. Je voulais juste m’assurer que vous n’étiez pas en froid comme tu as l’air à beaucoup beaucoup beaucoup l’apprécier.  » Béatrice avait raison. Ils se voyaient clairement beaucoup moins. Ca faisait du mal à Rhiannon, qui avait l'impression que son meilleur ami n'allait pas tarder à la lâcher. Un peu comme Rose. Et elle ne le supporterait pas. Elle ne pourrait pas, car elle aimait trop Lewis pour le perdre. Même si elle refusait de s'avouer combien elle l'aimait.  Rhiannon roula des yeux. « Tu exagères un peu quand même... » disait-elle en rougissant petit à petit. « Il y a beaucoup de "beaucoup" dans ta phrase... Mais non, on n'est pas fâchés. Heureusement d'ailleurs!» Elle était certaine que Béatrice comprendrait pourquoi "heureusement". Elle était au courant de la situation avec Rose et savait que Rhiannon en souffrait beaucoup. En voyant le geste de Béatrice sur son ventre, la blonde s'enquit, espérant que rien de grave ne s'était produit. « Tout va bien? »


Everybody lies

Who else would be calling me at 3 am, just to tell me you're still there the sky's still falling. I don't know why you stand under the cloud expecting a ray of light.
avatar
E. Rhiannon Prescott
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 765
INSCRIPTION : 23/12/2014
ANNIVERSAIRE : 24/09/1993
CELEBRITE : Jennifer Lawrence

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Jeu 9 Mar - 21:40

Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours
Rhiannon & Béatrice
Who do you love ?

Béatrice était dans un état de bien-être. Elle n’aurait jamais cru qu’elle pourrait être aussi heureuse sans sa famille, sans ses frères et sa sœur. Elle avait toujours eu l’impression qu’ils étaient sa vie, sa raison de vivre et qu’elle ne pourrait jamais avancer sans eux. Mais en même temps, elle avait toujours été la cadette, celle que l’on devait protéger contre tous les malheurs pour qu’elle ne soit pas malheureuse. Cependant, son titre avait un peu changé lorsqu’elle avait décidé de quitter Miami pendant une année entière sans donner de nouvelle à sa famille, ceux qui étaient si important pour elle… Elle avait donc dû s’habituer à vivre seule, sans sa famille et à se faire à l’idée qu’elle devrait former sa propre famille avec sa fille. Elle devait la protéger, lui faire un environnement où il ferait bon vivre. Elle voulait que sa fille soit positive peu importe ce qui arrivait dans sa vie et Béatrice savait qu’elle le serait si elle avait un bon exemple. Elle devait donc retrouver sa joie de vivre, celle qu’elle avait avant qu’elle revienne à Miami et qu’elle découvre que son frère était mort.
La conversation avec Rhiannon était maintenant sur Lewis. Même si son amie ne lui avait jamais rien avoué, Béatrice était convaincue qu’elle ressentait plus que de l’amitié pour le jeune homme. Juste à la voir aller avec lui, à l’entendre parler de lui, ça paraissait. Par contre, la Prescott n’avait même pas l’air à vouloir se l’avouer à elle-même. « Tu exagères un peu quand même... Il y a beaucoup de "beaucoup" dans ta phrase... Mais non, on n'est pas fâchés. Heureusement d'ailleurs! » Elle était certaine d’être tombée dans le mille. Il lui suffisait juste de regarder ses joues qui étaient devenues rouges pour voir que Béatrice avait raison de penser qu’elle avait des sentiments pour Lewis un peu plus que ceux de l’amitié. « À te voir la couleur des joues, je ne pense pas exagéré. Et même si tu ne veux pas me le dire, j’ai comme une petite impression que le cher Lewis est un peu plus important à tes yeux que tu veux bien me l’avouer. » Toutefois, Béatrice ne pouvait pas savoir si c’était la même chose du côté du jeune homme puisqu’elle ne le connaissait pas vraiment beaucoup… Elle l’avait bien vu quelques fois à l’appartement, mais elle ne pouvait pas dire s’il éprouvait des sentiments pour elle. Puis, elle porta ses mains rapidement à son ventre, étant surprise par un coup d’une bonne force. « Tout va bien? » Béatrice porta son regard sur son amie et vit que celle-ci était inquiète pour elle. Un sourire apparut sur le visage de la jeune Lambert. « Ne t’inquiète pas, ma petite princesse a juste décidé de me donner un coup de pied. Et elle prend de la vigueur cet enfant. » Puis, un air mesquin prit place sur son visage. « En fait, j’suis sûre qu’elle a fait ça pour montrer qu’elle est d’accord avec moi ! » Elle eût un petit rire. Oui elle taquinait son amie, mais elle était aussi complètement convaincue de ce qu'elle avançait.
Made by Neon Demon
avatar
A. Béatrice Lambert
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 1081
INSCRIPTION : 26/12/2014
ANNIVERSAIRE : 25/07/1995
CELEBRITE : Alexis ren

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Dim 26 Mar - 21:51

Rhiannon pouvait enfin vivre comme elle l'entendait. Elle n'avait aucune rancoeur contre sa famille, mais elle avait l'impression d'enfin pouvoir avec une situation. Non, elle n'était toujours pas riche mais le simple fait d'avoir une colocation et un travail à côté pour payer son appartement et ses études, ça lui donnait l'impression d'être un peu moins dans la merde qu'auparavant. Surtout qu'avec Béatrice, tout se passait réellement pour le mieux, et elle n'allait clairement pas s'en plaindre. D'autant qu'elle avait hâte qu'elles se retrouvent à trois, même si cela signifiait plus de dépenses, pour être une tata gâteau. Mais ce qui lui plaisait le plus dans ce semblant de nouvelle vie, c'était les discussions et la proximité avec Béatrice. Elle avait enfin l'impression d'avoir une amie sur qui compter, elle qui avait cru toute sa vie que Rose serait toujours là pour elle, et qui avait finalement complètement déchanté.
Rhiannon ne comprenait pas que Béatrice pouvait penser qu'il y avait "plus que cela" entre elle et Lewis. En fait, la jeune femme elle-même ne se rendait pas compte de ce qu'il se passait. Elle adorait Lewis, c'était clair, après tout, il était son meilleur ami. Mais ça ne lui venait pas même à l'esprit de penser ou de s'imaginer plus, même si, bien qu'elle l'ignorait, il y avait clairement plus.  « À te voir la couleur des joues, je ne pense pas exagéré. Et même si tu ne veux pas me le dire, j’ai comme une petite impression que le cher Lewis est un peu plus important à tes yeux que tu veux bien me l’avouer. » Rhiannon levait déjà les yeux au ciel. Elle était du genre à rougir pour un oui ou pour un non, de toute façon. Et elle ne pouvait se faire à l'idée que son amie avait raison. D'autant qu'elle aimait Jules, plutôt, non? « Oui, il l'est. C'est mon meilleur ami, c'est tout. » Même Béatrice n'était pas capable de lui faire dire ce qu'elle se refusait à penser ou à imaginer, peut-être simplement par naïveté.
Et puis, subitement, Béa avait changé de tête, et Rhiannon s'était aussitôt inquiétée. « Ne t’inquiète pas, ma petite princesse a juste décidé de me donner un coup de pied. Et elle prend de la vigueur cette enfant. En fait, j’suis sûre qu’elle a fait ça pour montrer qu’elle est d’accord avec moi ! » Rhiannon laissa échapper un rire. C'était bien typiquement de Béatrice que de se servir de tout son environnement direct pour se donner raison à tout prix. En même temps, elle le comprenait : c'était pas plus mal, et pour le coup, ça les avait faites rire toutes les deux.  « Ne te sert pas de ton bébé pour me donner tort, tu sais très bien que tu n'as pas le droit, ça n'est pas juste! » Et elle rit de plus belle. Après tout, elle avait beau dire ça elle pensait sincèrement que Béatrice, en tant que femme enceinte, avait tous les droits.


Everybody lies

Who else would be calling me at 3 am, just to tell me you're still there the sky's still falling. I don't know why you stand under the cloud expecting a ray of light.
avatar
E. Rhiannon Prescott
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 765
INSCRIPTION : 23/12/2014
ANNIVERSAIRE : 24/09/1993
CELEBRITE : Jennifer Lawrence

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Mar 28 Mar - 19:01

Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours
Rhiannon & Béatrice
Who do you love ?

Béatrice était contente de pouvoir enfin aborder le sujet Lewis avec Rhiannon. Cela faisait quelque temps qu’elle se rendait compte qu’il pouvait y avoir quelque chose de plus que de l’amitié entre eux et elle n’avait jamais eût l’occasion d’en parler à son amie. Et avec la tête qu’elle lui faisait, la jeune blonde avait l’impression qu’elle était la seule à voir qu’il pourrait y avoir quelque chose de plus entre eux. Rhiannon n’avait pas l’air d’être de son avis. Pourtant, Béatrice était certaine qu’ils pourraient faire un couple trop mignon. En effet, ils prenaient déjà beaucoup soin l’un de l’autre et ils avaient beaucoup de complicité. Après tout, ça ne pouvait que s’accentuer s’ils étaient amoureux, non ? « Oui, il l'est. C'est mon meilleur ami, c'est tout. » Béatrice leva les épaules en l’air. Elle se trompait peut-être, mais c’était rare lorsqu’elle parlait d’amour. Elle avait un bon radar pour ça. Sauf lorsqu’il s’agissait d’elle-même, mais ça, c’était un autre sujet. Elle était toujours du genre à tomber sur le mauvais mec. Après tout, elle avait eût Maddox qui s’était complètement jouer d’elle et elle avait même réussit à s’éprendre de Neal qui était partit et qui leur avait demandé de faire des virements bancaires pour payer leur loyer puisqu’il ne résiderait plus aux États-Unis… « Ne te fâche pas. Je dis tout simplement que vous feriez un couple carrément mignon et que je suis sûre que tu pourrais être vraiment heureuse avec lui. » Oui, elle poussait un peu loin, mais elle n’avait pas de retenu avec son amie. Si elle ne pouvait pas tout lui dire ce qu’elle pensait, leur amitié n’en serait pas vraiment une. Et Rhiannon savait qu’elle pouvait tout dire aussi à Béatrice. Bon, elles n’étaient pas d’accord sur tout, mais elles étaient deux personnes distinctes après tout. Elles ne pouvaient pas avec les mêmes opinions tout le temps ! « Ne te sert pas de ton bébé pour me donner tort, tu sais très bien que tu n'as pas le droit, ça n'est pas juste! » Béatrice se mit à rire de bon cœur. C’était si bon de se sentir si légère ! « C’est ma fille, je peux lui faire dire tout ce que je veux. De toute manière, j’ai bien l’intention de faire en sorte qu’elle soit toujours d’accord avec moi lorsqu’il s’agit de toi lorsqu’elle serait plus vieille. » Béatrice continua de rire. Elle aimait tellement taquiner Rhiannon.
Made by Neon Demon
avatar
A. Béatrice Lambert
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 1081
INSCRIPTION : 26/12/2014
ANNIVERSAIRE : 25/07/1995
CELEBRITE : Alexis ren

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Jeu 6 Avr - 11:44

Rhiannon était dans une passe assez compliquée. Elle refusait complètement de voir ce qui sautait aux yeux de tous, à savoir qu'elle n'était pas des plus heureuses niveau amour et que Jules, c'était de l'histoire ancienne. Mais elle, elle continuait à s'accrocher, même si c'était bien moins simple de le faire que ce qu'elle se l'accordait. Tout ce qui avait été en rapport avec Jules était devenu tabou, mais il lui arrivait encore de s'imaginer de retour avec lui. Certes, elle souffrirait d'être avec lui à nouveau, mais elle ne voyait pas seulement les choses ainsi. Elle voyait aussi le fait qu'elle arrêterait de se torturer à savoir ce qui aurait pu ou pas arriver. Et ce qu'elle s'efforçait d'ignorer c'était que, de nouveau en couple avec Jules, elle serait bien plus malheureuse et réaliserait qu'elle ne l'aimerait pas. Alors, plutôt que de s'imaginer tourner la page, elle s'accrochait encore et toujours.
Et c'était là que Lewis intervenait. Même si elle refusait de le voir, grâce à lui, elle avait déjà tourné la page. Et elle tenait bien plus à lui que ce qu'elle ne l'admettait. Même en tant que simple meilleur ami. « Ne te fâche pas. Je dis tout simplement que vous feriez un couple carrément mignon et que je suis sûre que tu pourrais être vraiment heureuse avec lui. » Rhiannon souriait. Elle savait que Béatrice ne disait pas ça pour la vexer, au contraire, elle essayait. « Je ne sais pas... Jules... » Sa phrase resta en suspens. Elle ne pouvait pas la dire, mais pourtant, il restait omniprésent dans son esprit. Elle soupira.  « Tu me diras qu'il faut certainement que je tourne la page, mais je n'y arrive pas... Il a été important pendant si longtemps... » En même temps, Ils avaient vécu une magnifique histoire, ils s'étaient séparés, puis après de longues explications des années plus tard étaient revenus ensemble... pour finalement se séparer à nouveau pour quasiment les mêmes raisons que des années auparavant. Et Rhiannon était persuadée qu'elle l'aimait encore.


Everybody lies

Who else would be calling me at 3 am, just to tell me you're still there the sky's still falling. I don't know why you stand under the cloud expecting a ray of light.
avatar
E. Rhiannon Prescott
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 765
INSCRIPTION : 23/12/2014
ANNIVERSAIRE : 24/09/1993
CELEBRITE : Jennifer Lawrence

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA} Jeu 20 Avr - 15:26

Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours
Rhiannon & Béatrice
Who do you love ?

Autant Béatrice aimait les histoires d’amour, autant elle était complètement incapable d’en vivre une belle. Elle se considérait bonne pour trouver avec qui les gens devaient se mettre en couple pour pouvoir vivre heureux, mais elle trouvait toujours le mauvais pour elle, celui qui la ferait pleurer le plus. C’était d’ailleurs pourquoi elle s’était dit qu’elle prendrait une pause des histoires de romance, mais elle n’était pas vraiment capable. C’était plus fort qu’elle, elle devait avoir des papillons dans le ventre sinon elle se sentait vide. Quoi que pour l’instant, avec la grosseur que son ventre avait, elle pouvait dire qu’elle était bien remplie par sa petite princesse. Par chance, elle avait Rhiannon. Elle pouvait donc vivre une situation d’amour par procuration. Toutefois, il fallait que son amie voie qu’elle l’aimait Lewis et qu’elle ne ressentait pas que de l’amitié pour lui. Parce que Béatrice le savait au plus profond d’elle-même : Rhiannon éprouvait de grand sentiment pour lui et elle était bien décidé à lui faire comprendre. « Je ne sais pas... Jules... » Béatrice passa sa main dans ses cheveux. Comment lui ferait-elle comprendre que Jules ne devait plus lui passer par la tête, qu’elle ne devait plus rester accrocher à lui tout en restant douce ? Elle ne voulait pas la blesser non plus par ses paroles. « Tu ne penses pas qu’il fait partit du passer lui ? Tu as Lewis près de toi et je suis sûre qu’il serait capable de te rendre beaucoup plus heureuse que Jules ne l’a jamais fait… » Avait-elle réussit sa mission de ne pas être trop dure dans ses paroles ? Béatrice l’espérait. Après tout, si elle lui avait parlé de Lewis, ce n’était pas du tout pour la mettre dans tous ses états. C’était beaucoup plus pour lui permettre de vivre une belle histoire, de pouvoir être complètement heureuse dans un futur que Béatrice espérait rapproché. « Tu me diras qu'il faut certainement que je tourne la page, mais je n'y arrive pas... Il a été important pendant si longtemps... » Béatrice ressentait la même chose pour Maddox. Il fallait dire qu’elle avait été obligé de l’oublier d’une manière assez brutale, mais elle comprenait que Rhiannon pouvait avoir de la difficulté à passer à autre chose. « Peut-être que tu ne l’a pas oublié encore, mais ouvre-toi à la possibilité de vivre aussi chose avec quelqu’un d’autre. Tu l’oublieras tranquillement. Tu ne voudras pas retourner avec lui lorsque tu auras compris qu’un autre homme peut te rendre autant sinon même plus heureuse que lui. » Béatrice avait un sourire bienveillant sur ses lèvres. Elle avait l’air mature tout d’un coup alors qu’elle ne l’était pas il n’y avait pas si longtemps. Peut-être était-ce l’accouchement qui s’approchait à vitesse grand V qui changeait ses réactions, sa manière de penser ? Si son bébé était chanceux, peut-être serait-elle complètement prête à l’accueillir lorsqu’il viendrait au monde. De toute manière, elle n’avait pas vraiment le choix : il viendrait au monde qu’elle le veuille ou non.
Made by Neon Demon
avatar
A. Béatrice Lambert
I only see my goals, I don't believe in failure

MESSAGES : 1081
INSCRIPTION : 26/12/2014
ANNIVERSAIRE : 25/07/1995
CELEBRITE : Alexis ren

I only see my goals, I don't believe in failure
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: “Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA}

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

“Et puis il y a nous, nos tasses à la main, parlant des mauvais jours” {BEA&RHIA}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MOuah nous sommes de retour pour vous flooder un mauvais cou
» Dimitri - Nous sommes de retour, pour vous jouer un mauvais tour.
» Yooohohoohohho ! Puis-je voir votre culotte? [Pv Amy]
» Le destin nous réunit comme il nous sépare
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always in Miami :: Aventura :: Résidences-