take a rest, as a friend ❖ pv
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

take a rest, as a friend ❖ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur

Message
Sujet: take a rest, as a friend ❖ pv Ven 24 Juin - 23:20

Chronologie: début juillet 2016


"Take a rest, as a friend"

Comment la vie construit-elle donc ces lignes de force dont nous vivons ? D'où vient le poids qui me tire vers la maison de cet ami ? Quels sont donc les instants capitaux qui ont fait de cette présence l'un des pôles dont j'ai besoin ?




C'était facile de renoncer à la fortune familiale, même si légalement j'étais toujours l'unique héritière de cet argent sale. Cet argent gagné par plusieurs générations de ma famille, mais collecté sur le dos de personnes maltraitées. Manipulées. Abusées. Et ma famille savait. Et profitait. Et ils parvenaient à vivre avec leur propre conscience, chose que je n'avais personnellement pas réussi à faire. Alors à défaut de pouvoir les faire tomber de leur piédestal, non manque d'avoir essayé, j'étais partie. J'avais renoncé à cette vie de luxe et au fait que je pouvais me payer à peu près n'importe quoi, n'importe quand. Mais si mon retrait était conscient, je restais envers et malgré tout l'héritière. Celle à qui tout reviendrait en temps et en heure.

Techniquement.

Moralement, en revanche? Je m'étais promise de ne pas avoir recours à cette fortune amassée au dépends d'autres, au moins le temps de pardonner à mes parents qui, je devais l'avouer, n'étaient pas sortis de l'auberge en ce qui me concernait. Et si j'avais eu tous les désirs du monde à continuer à être en mesure de subvenir à mes besoins, il fallait que je me rende à l'évidence: tant que je mettrais pas la main sur le fond épargne que je suis autorisée à toucher (chose dont je ne me privais jamais avant le scandale, hein?), je n'allais jamais être en mesure de gérer une demeure à Virginia Key sur mon seul salaire. Pas sans avoir épargné dix ans au moins, et ce n'était que la base des frais d'habitation.

La propriété en elle-même était déjà payée, puisque part entière des biens immobiliers possédés par les Nightingale, mais c'était l'entretien qui posait souci: une vieille bâtisse comme celle-ci demande des soins constants et spécifiques, de l'amour et de l'attention que je ne parvenais pas à donner. Résultat ? Elle perdait son charme. Je préférais claquer la porte et laisser mes parents en reprendre possession comme demeure secondaire (ou tertiaire, à ce train là, franchement je m'en foutais) si ça signifiait que le tracas quotidien de l'entretien ne m'échouait plus.

Et c'est pour ça que je me retrouvais ici aujourd'hui, un morceau de journal étalé sur le volant de la voiture parquée en face du building dont l'adresse était entourée en fluo dans le magasine.

Colocation.

Modeste, peut-être. Mes parents trouveraient ça probablement honteux, mais je ne voyais pas d'autre solutions. Pour moi, dans le pire des cas, c'était la porte ouverte pour de nouvelles rencontres, et passer mon temps un peu moins partagée entre mon chez moi et Camden. Enfin le boulot. Enfin.... soit. Il me fallait du renouveau.

Relisant pour la énième fois l'annonce, je ne trouvais pas d'infos supplémentaires à ce que je savais déjà: pas d'instructions, juste un numéro de téléphone que j'avais tenté de joindre avant de me présenter ici. Sans réponse, j'avais donc laissé un message pour prévenir de ma venue et au final, j'espérais ne pas être venue pour rien. Mais il était noté une fourchette d'heures à laquelle on pouvait se présenter et j'étais pile à l'heure.. Il ne me restait plus qu'à me lancer, hein?

Sortir de la voiture, lisser ma robe (nan mais sérieusement Meridia, c'est pas comme si tu allais à un gala non plus!), me diriger vers la porte principale et sonner. J'étais tellement concentrée sur l'idée de faire bonne impression, histoire de régler cette histoire de logement avant de partir pour Yellowstone, que je ne me suis pas attendue au fait que la porte s'ouvre presqu'immédiatement manquant ainsi de me faire tomber.

Idiote !

Code by Sleepy


it's complicated
Make a plan, set a goal, work toward it. But every now and then, look around, drink it in, ‘cause this is it. It might all be gone tomorrow. ▵ © alaska.  

avatar
Meridia L. Nightingale
Your life becomes a better one

MESSAGES : 433
INSCRIPTION : 15/03/2016
CELEBRITE : Emily Bett Rickards

Your life becomes a better one
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: take a rest, as a friend ❖ pv Ven 2 Sep - 18:30

« Take a rest, as a friend»
Meridia & Remy


Avec Colleen partie, je me retrouvais plus ou moins dans l'obligation de trouver une colocataire. Ma soeur? non, on s'aimait trop pour que la colocation ne nous détruise, sans parents pour compter les points, et sans Camden pour nous rappeler que nous nous aimions tous les trois trop pour nous détruire les uns les autres. Il ne me restait pas beaucoup d'autre choix. Azzura avait pris le large, et je la comprenais, en un sens. Elle avait beaucoup trop, pour l'instant, à gérer avec sa famille pour supporter l'ambiance étouffante de Miami. Alors, je m'étais simplement contentée de passer un annonce sur internet et dans les journaux. Après tout, il y aurait bien quelqu'un pour venir s'installer avec moi.

Je les avais tous vus défilé chez moi. Du punk qui écoute de la variété à la petite danseuse de ballet dévergondée. Mais aucun ne m'avait fait impression. J'avais commencé, peu à peu, à désespérer. En fait, pour être complètement honnête, j'en avais un peu ma claque de voir les gens aller et venir, se montrant intéressé, avant de m'imposer des conditions. Euh, les gars? Jusqu'à preuve du contraire, c'était quand même mon appartement avant d'être le leur, et ils n'étaient que les petits nouveaux. Bon, d'accord, ça n'était pas en pensant comme ça que ça allait finir par marcher, mais j'avais un peu la carte de l'ancienneté. Les murs ne seraient pas redécorés en noir, et hors de questions d'entendre de la mauvaise musique pour mes oreilles jusqu'à quatre heures du matin. J'avais beau avoir besoin de compagnie, j'étais aussi étudiante et avais un rythme de sommeil régulier, probablement dû à mon léger côté sportif.

Alors, je les avais tous envoyer bouler. Non, pas de règles solitaires, elles se devaient d'être à l'unanimité puisque nous ne serions sans doute que deux. Puis de toute façon, comme j'étais encore que toute seule, c'était quand même moi qui prenais les décisions. Je savais mon côté peste prendre le dessus sur cette affirmation, mais je ne pouvais pas faire autrement.

Ce jour-là, j'avais un rendez-vous. Plus tôt, j'avais reçu un rapide appel pour qu'une jeune femme ne vienne voir l'appartement. En fait, j'étais désespérée. Je m'étais mise à penser que je ne trouverai pas chaussure à mon pied, et je m'étais dit que, tant qu'à faire, autant faire visiter à des gens que tout arrêter et peut être risquer de ne jamais trouver.

Ce fut lorsque la sonnerie retentit que l'angoisse s'insinua en moi. Non non non! Remy, garde ton calme, de toute façon, perdu pour perdu, tu ne risques rien. Enfin, j'espère. Devant la porte, j'inspira calmement. Pas de raison que ça ne se passe pas bien. J'ouvrais la porte et j'enchaînais directement, à toute vitesse, sans prendre la peine de faire bien attention à la personne devant, toutefois un grand sourire sur les lèvres, quand même contente que quelqu'un ait répondu à l'annonce, même si je savais que ça allait encore être une déception. « Bonjour, je suis Remy. Merci d'avoir répondu à l'annonce. » Il ne m'en fallut pas plus pour me rendre compte que, cette fois-ci, malgré l'apparence trop soignée - à mon goût - de la demoiselle, elle semblait normale.


i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
avatar
Remy E-P Hamilton
Love of reputation brought us here

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 23/10/2015
CELEBRITE : Leven perfect Rambin

Love of reputation brought us here
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: take a rest, as a friend ❖ pv Jeu 22 Sep - 10:36

Chronologie: début juillet 2016


"Take a rest, as a friend"

Comment la vie construit-elle donc ces lignes de force dont nous vivons ? D'où vient le poids qui me tire vers la maison de cet ami ? Quels sont donc les instants capitaux qui ont fait de cette présence l'un des pôles dont j'ai besoin ?




« Bonjour, je suis Remy. Merci d'avoir répondu à l'annonce. »

Faisons les choses dans l'ordre. Une. J'étais en pleine danse intérieure ( ) en réalisant que mon interlocutrice ne semblait pas avoir remarqué le fait que j'avais manqué me planter sur son palier lorsqu'elle a si brusquement ouvert. C'est pas plus mal... Ou alors, si elle l'avait remarqué, elle avait la décence de ne rien en dire. Encore mieux ! Mais j'en venais à mon second point. Deux. Lorsque j'avais lu "veuillez contacter Remy H. au .....", j'avais immédiatement assumé qu'il s'était s'agit d'un homme. Quelle surprise que de voir devant moi une grande et magnifique jeune femme, svelte et avec un petit air familier que je n'arrivais pas à placer. Mea culpa, mais j'avais presque peur de finir avec un hôte aux habitudes d'hygiène douteuses, on pouvait en trouver de drôles à Miami..

Soit.

Un rattrapage (j'étais en pleine quasi chute, rappellez-vous) en beauté et toute discrétion, un petit rire échappé quant à mon assomption stupide du sexe du colocataire en question et les yeux rivés sur le sol dans un embaras porté par les évènements plus tard, je passais nerveusement ma main dans ma chevelure blonde avant de finalement lever le regard vers Remy et rester bouche-bée, comme si je réfléchissais à quoi dire, pendant une seconde avant de parler.

Salut Remy, moi c'est Meridia, mais tout le monde m'appelle Meri. Enfin d'autres m'appellent par d'autres sobriquets mais ça ne vaut vraiment pas la peine que je te liste l'entièreté des appelations. Sauf si t'insistes, bien sûr.... enfin... Bref., je m'efforçais de me taire avant que mes nerfs n'aient raison de ma capacité à contrôler le flot de parole que je pouvais débiter, avant de calmement reprendre, Je suis Meridia. Merci d'avoir posté l'annonce...

Pour aussi brillante que je puisse être, et habituée au face à face en milieu professionnelle, je pouvais vraiment passer pour la plus imbécile des blondes une fois en situation privée et hors de l'ordinaire. Nul doute que Remy me prenait pour la première des impotées, à moins qu'elle n'aie pu lire à travers les lignes et deviner ma nervosité. Le fait que je m'infiltre à l'intérieur plutôt qu'attendre qu'elle m'invite dans le hall de la propriété ne devait pas parler en faveur de mes manières, mais plutôt d'une anxiété et une incapacité à rester sur place. Aussi, parce que si je m'écoutais, je risquais bien vite de rebrousser chemin et prendre les jambes à mon cou.

Désolée. Je n'ai jamais eu à postuler pour une colocation auparavant, je ne suis pas exactement sûre de comment ça se passe, ou de ce que tu aimerais savoir, ou alors des documents qu'il me fallait apporter. Alors j'ai tout pris.... et je pense que tu as compris que parler n'allait pas être un problème avec moi.... Ahem...

J'étais peut-être la première des impatientes et anxieuse de savoir où cette entrevue allait me mener, mais j'espérais qu'au delà de ma nervosité, je laissais apparaître suffisamment de la "Meridia" normale, histoire de laisser à Remy l'opportunité de se faire une idée. J'étais désespérée, et ma nervosité en témoignait, mais il fallait que je me calme si je ne voulais pas foutre en l'air mes chances de choper cette colocation.

Alors.... comment ça se passe, en général ? Tu m'interroges sur mon passé, ou alors on en discute autour d'un café, ou quoi? Je ne sais vraiment pas à quoi m'attendre, c'est toi le chef du coup..

Code by Sleepy


it's complicated
Make a plan, set a goal, work toward it. But every now and then, look around, drink it in, ‘cause this is it. It might all be gone tomorrow. ▵ © alaska.  

avatar
Meridia L. Nightingale
Your life becomes a better one

MESSAGES : 433
INSCRIPTION : 15/03/2016
CELEBRITE : Emily Bett Rickards

Your life becomes a better one
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: take a rest, as a friend ❖ pv Lun 26 Sep - 16:47

« Take a rest, as a friend»
Meridia & Remy


Elle avait l'air sympa, cette postulante pour être ma colocataire. Sympa, mais maladroite, même si je m'efforçais de faire semblant de n'avoir pas remarqué qu'elle avait titubé quand j'avais ouvert. Je faisais cependant bien attention. Malheureusement, la première impression n'était pas toujours la bonne. Elle avait l'air à la fois mal à l'aise – ce qui se comprenait puisqu'elle n'était pas dans la meilleure des positions, mais, de peur de la mettre plus mal à l'aise encore, je n'avançai aucun geste pour l'aider, me contentant d'ignorer qu'elle avait manqué de tomber, au risque de me mettre à rire- et très enthousiaste à la fois, ce qui me semblait paradoxal, donc impressionnant.

Je souris quand elle me répondit, après s'être mieux stabilisée. Elle avait un débit de parole encore plus impressionnant que moi quand je voulais me rendre intéressante. Sauf que je doutais que, dans son cas, il s'agisse de la même intention. « Enchantée Meridia ». Non, je n'allais pas l'appeler Meri, je me voyais mal, si ça ne se passait pas bien, lui dire Bon, bah Meri, je te veux pas en tant que colocataire. Puis je n'étais pas trop fan des surnoms, étant la seule parmi les triplés Hamilton à ne pas pouvoir avoir de surnom, au vu de mon prénom trop court.

Meridia me devança et entra avant que je n'ai eu le temps de l'inviter. Très bien, il ne fallait pas qu'elle se gène, ça allait aussi être sa maison si jamais elle devenait ma colocataire. « T'en fais pas, je n'ai jamais postulé à une colocation non plus ! » Ajoutai-je avec un petit sourire taquin. Je ris. « Non, mais c'est bien, t'en fais pas. Et je ne pense pas avoir besoin de documents en particulier, sauf peut-être les revenus, quand tu devras signer l'autre partie du bail, je crois » Autrement dit, j'avais beau chercher, c'était aussi la première fois que j'avais un ou une colocataire.

Je haussais les épaules. « Généralement, ça... se passe. Je n'ai pas vraiment d'intérêt sur le passé des gens, je sais que certains n'aiment pas en parler... moi la première, mais parle moi un peu de tes habitudes, de ce que tu sais faire -notamment en cuisine, parce que tu apprendras que je suis une vraie catastrophe, même pour faire des pâtes, même si je tente de faire des efforts un peu plus!- raconte moi un peu dans quoi tu travailles, etc... Au moins qu'on sache l'une l'autre si, dans le cas où c'est un grand oui, tel ou tel jour on est libre. On sait jamais qu'on veuille inviter des amis, de la famille ou peu importe... Enfin, c'est juste comme ça quoi... » Bon, bah moi aussi j'étais drôlement maladroite...



i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
avatar
Remy E-P Hamilton
Love of reputation brought us here

MESSAGES : 170
INSCRIPTION : 23/10/2015
CELEBRITE : Leven perfect Rambin

Love of reputation brought us here
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Message
Sujet: Re: take a rest, as a friend ❖ pv

Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

take a rest, as a friend ❖ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always in Miami :: The Civic Center-